Actualités By Allsecur

Des infos sur l'assurance,
le secteur habitation et la marque AllSecur

Objets connectés : quelles perspectives pour l'assurance habitation?

| 17 février 2016

Objets connectés, un virage pour l'assurance habitation ?

Bien au-delà du phénomène de mode, les objets connectés offrent aujourd’hui une véritable promesse d’opportunités pour les assureurs.
Mais qu’entend-on exactement par objets connectés ? Il s’agit d’objets électroniques capables de capter des informations liées au mode de vie des usagers et de les transformer en données numériques. A l’heure actuelle, leur usage se propage à toute vitesse. Selon le cabinet d’études GFK, nous n’aurons pas moins de 30 objets connectés par foyer d’ici à 2020.

 

Réduction des sinistres


Avec les objets connectés, les assureurs vont passer d’une logique d’indemnisation à une logique de prévention. On estime que les objets connectés pourront à terme permettre de réduire le nombre de sinistre à hauteur de 40 à 60% en moyenne, selon différentes études. Ainsi, par exemple, si un détecteur de fuite d’eau connecté est installé, le potentiel de réduction des risques de dégâts des eaux est estimé aux alentours de 70%. Grâce à cet équipement, l’assuré pourrait voir sa prime d’assurance diminuer considérablement. L’installation de caméras ou encore de détecteurs de mouvements connectés pourra aussi avoir une très forte incidence sur la diminution du nombre de vols. Ainsi, s’il y a une dimi-nution du risque, il y aura une diminution de la prime d’assurance.

Un nouveau modèle économique


Pour les assureurs le développement des objets connectés entraine une rupture de leur modèle économique classique. Une rupture qui se traduit par une modification profonde de leurs offres, de leur mode de tarification. On peut imaginer que là où ils font actuellement payer une cotisation annuelle, ils pourront passer à un modèle d’abonnements pour ces prestations. Fournisseurs de services, les assureurs de demain ont ainsi une véritable carte à jouer pour se rapprocher du client et le fidéliser. Il leur faudra au préalable trouver la bonne formule en matière de tarification et identifier des offres de services adaptées.

De nouvelles expériences


Un certain nombre d’assureurs ont déjà avancé leurs pions. AXA a ainsi lancé en fin d’année dernière sur le marché français une offre pour les assurés souhaitant mieux protéger leur domicile contre des risques d’intrusion ou d’incendie. De son côté, Allianz France s’est allié fin 2014 à Nest Labs, le spécialiste de la domotique, afin de proposer à ses clients propriétaires un détecteur autonome avertisseur de fumée et de monoxyde de carbone. Enfin, Ima Protect Téléassistance, filiale d’Inter Mutuelles Assistance, a également développé une offre de télésurveillance connectée et modulable qui permet à un domicile d’être protégé par un dispositif professionnel. Le client est ainsi informé en temps réel via son téléphone portable de tous les événements qui se produisent à son domicile. En cas d’alerte, il est prévenu par téléphone et peut ainsi prendre les mesures qui s’imposent.

Un marché compétitif


Mais dans ce domaine, les assureurs font face à une concurrence sévère: outre les géants de l’Internet, comme Google et Apple, les fournisseurs d’équipements de domotique de même que l’ensemble des vendeurs de solutions connectées commencent aussi à s’emparer de l’univers de la maison et des objets connectés. Les assureurs vont donc apprendre à composer avec ces acteurs. Sous peine de perdre tout lien avec leur clientèle.