Guide pratique assurance habitation

Pour mieux comprendre et mieux choisir
Tarif express Obtenez votre tarif en 1 min
J'obtiens un tarif

Comment être bien assuré en covoiturage ?

| 10 janvier 2018

Rien de tel que de partager son véhicule avec un collègue ou un voisin pour se rendre dans la même direction. Mais attention, le covoiturage nécessite de prendre un certain nombre de précautions en matière d’assurance. Est-ce que je suis bien assuré pour le covoiturage ? Quelle que soit votre formule d’assurance, vous devez déclarer à votre assureur le partage du véhicule. Veillez à bien vérifier les clauses de votre contrat.

Qu'est-ce que le covoiturage ?

Covoiturage

Le covoiturage se traduit par le partage d’un véhicule par plusieurs occupants se déplaçant dans la même direction. Le covoiturage peut se faire soit directement entre automobilistes et passagers, soit avec le recours d’une association, d’une entreprise ou au travers d’un site Internet à l’image de Blablacar.


Comment organiser le covoiturage ?

Il est possible d’utiliser le véhicule de chacun à tour de rôle. L’autre possibilité consiste à n’utiliser qu’une seule voiture : les passagers participent alors aux différents frais découlant de l’utilisation d’un véhicule (frais d’essence par exemple). C’est d’ailleurs la seule contrepartie financière possible dans le cadre du covoiturage qui reste avant tout un service amical. A aucun moment, le propriétaire d’un véhicule ne doit se faire rémunérer et réaliser des profits, faute de quoi il serait considéré comme un transporteur professionnel, avec l’obligation de contracter une assurance professionnelle spécifique.


Suis-je assuré pour le covoiturage ?

Quelle que soit la formule choisie, l’automobiliste doit la déclarer à son assureur. Aussi, assurez-vous bien que votre contrat d’assurances ne comporte pas une clause d’exclusivité selon laquelle seul l’assuré est autorisé à prendre le volant. En effet, si votre véhicule est impliqué dans un accident alors que vous l’aviez prêté à un conducteur non spécifié dans votre contrat d’assurance, la garantie de l’assurance peut être limitée et la franchise qui vous sera appliquée majorée.

Si votre contrat autorise le prêt du volant, le souscripteur de l’assurance peut tout de même écoper d’un malus en cas d’accident occasionné par un conducteur occasionnel.
Dans le cas d’un jeune conducteur, le contrat d’assurance peut aussi prévoir l’application d’une franchise un peu plus élevée, à la charge du souscripteur en cas d’accident.


Quelles règles d'indemnisation en cas d'accidents ?

Les dommages corporels des passagers seront intégralement indemnisés par l’assureur du véhicule. Cette règle ne s’applique pas dans le cas où les passagers ont commis une faute grave susceptible d’avoir provoqué l’accident : sauter de la voiture en marche ou encore conduire en état d’ébriété ou sous l’effet de drogues.
En cas de blessures, le conducteur responsable de l’accident sera indemnisé si le contrat d’assurance du véhicule utilisé comporte une garantie facultative couvrant les dommages corporels subis par tout conducteur autorisé.
Les dommages matériels affectant le véhicule seront remboursés en fonction des responsabilités établies et des garanties du contrat. Mais si le conducteur est complètement responsable, et en l’absence de garanties dommages au véhicule, l’assureur ne prendra pas en charge les dégâts matériels du véhicule.